Patrimoine immatériel

Vous voulez en connaître davantage sur le patrimoine immatériel des PFM ! Entrez dans le circuit FIL ROUGE !

Avancez au fil des images, des textes, des documents audios, etc.

https://baladodecouverte.com/circuits/867/circuit-fil-rouge-petites-franciscaines-de-marie

Balado Découverte

Découvrir Maison Mère d’hier à aujourd’hui

Vous apprécierez surement cette série de petits reportages qui présentent les secrets les mieux gardés de ce bâtiment historique à Baie-Saint-Paul, avec des invités et des religieuses en entrevue sur divers thèmes tels que l’art culinaire, la collection des Petites Franciscaines de Marie au sein de l’espace muséal, l’hébergement à Maison Mère, le Jardin de François, l’intégration à Baie Saint Paul et de nouveaux épisodes à venir !»

https://tvcotv.com/emission/maison-mere-dhier-a-aujourdhui/

La Maison mère

Sœur Doris Lamontagne nous parle de François D’Assise

L’enseignement de la musique chez les Petites Franciscaines de Marie

À l’occasion de la sortie du film québécois La Passion d’Augustine, Madame Renée Gagnon, musicienne professionnelle, et Sr Carmen Gravel, enseignante émérite qui a travaillé à la formation de Mme Gagnon, nous partagent leurs souvenirs et ce qu’elles retiennent de leur expérience commune.

Pour le reportage avec des artisanes du film La Passion d’Augustine et un commentaire sur l’œuvre par le Comité de l’Année de la vie consacrée. 

La passion d’Augustine

Chorale
Chorale de soeur Gravel

L’enseignement de la musique par les Petites Franciscaines de Marie faisait partie du curriculum scolaire, quelques religieuses étant embauchées pour s’occuper de l’éducation musicale dans les classes.

Les leçons comprenaient l’apprentissage de la théorie musicale et, où les installations le permettaient, dans les écoles – En savoir plus

Part_2

Fiches concernent les Petites Fransciscaines de Marie

Quelques textes hélas indisponibles sur internet :

  • Le centenaire des Petites Franciscaines de Marie.. (1989). Eglise canadienne, 22(24), 758-760 ; Sœurs Lumière, Spirale, No 262, automne 2017, p. 10-14

Témoignage vidéo de S. Marie-Paule qui résume différentes contributions et travaux réalisés mais aussi les valeurs des Petites Franciscaines de Marie

PFM_affiche

(De)main en main : Introduction

Partez à la rencontre de l’univers méconnu des Petites Franciscaines de Marie, une communauté de femmes étonnantes dont les prodiges d’ingéniosité et de savoir-faire insufflent espoir et inspiration pour les générations de demain.

L’exposition temporaire (De)main en main vous ouvre les portes de l’univers fascinant des Petites Franciscaines de Marie (PFM), femmes extraordinaires dont le riche héritage est au cœur de l’ADN de Baie-Saint-Paul.

Agricultrices, éleveuses, artisanes, plombières, couturières, infirmières, herboristes, enseignantes, cordonnières, peintres, missionnaires globe-trotteuses : la diversité, la complémentarité et la synergie de leurs aptitudes leur ont permis d’élever leur maison mère au rang de microsociété autosuffisante, d’en faire un véritable village dans la ville. Également dotées d’une expertise agricole, les sœurs entretenaient sur leurs terres un vaste éventail de cultures dont les fruits leur servaient aussi bien à nourrir les corps qu’à soigner les esprits.

Propulsées par un savant mélange d’efficacité, de solidarité et de cœur à l’ouvrage, leurs bonnes œuvres ont rayonné bien au-delà des murs du couvent. Loin d’être recluses, les PFM se sont fait un point d’honneur de veiller au bien commun, de subvenir aux besoins des familles moins nanties, des personnes malades, âgées ou atteintes de déficience intellectuelle en fondant un hospice, ainsi qu’en travaillant à l’hôpital Sainte-Anne et dans les écoles environnantes.

Des dédales de l’ancien couvent à la spectaculaire chapelle, en passant par un jardin d’herbes médicinales, l’exposition vous fera découvrir les prodiges quotidiens d’une communauté tissée serrée, à l’âme bourdonnante de créativité et de débrouillardise. Attrapez la main que vous tendent, par-delà les siècles, ces femmes étonnantes dont les miracles d’ingéniosité sont, aujourd’hui plus que jamais, d’intarissables sources d’espoir et d’inspiration pour les générations de demain.

Living Lab

Maison Mère et le Parcours muséal, un projet de pérennisation

La Ville de Baie-Saint-Paul a confié à Maison Mère, un organisme à but non lucratif, l’objectif de convertir le complexe conventuel en un lieu d’innovation durable. Dans des lieux inspirants empreints d’histoire, la tradition côtoie la modernité afin d’offrir un environnement rassembleur agissant de levier de développement socioéconomique, le tout en continuité avec les valeurs franciscaines. À l’intérieur du complexe, le Parcours muséal, toujours vivant, retrace près de 130 ans d’histoire à travers cinq zones immersives comprenant une collection patrimoniale de plus de 3 500 artefacts.

Ensemble pour assurer la mise en valeur du patrimoine

Le Parcours muséal de Maison Mère propose depuis juin 2021 une toute nouvelle exposition en lien avec les pionnières qui habitaient jusqu’à tout récemment l’ensemble conventuel converti. (De)main en main : une histoire d’autosuffisance relate le passé des Petites Franciscaines de Marie avec un parti pris pour « les prodiges d’ingéniosité grâce auxquels elles ont su faire de leur couvent une microsociété autonome, un véritable village dans la ville », indique Christyna Fortin, conservatrice et coordonnatrice générale du Parcours muséal de Maison Mère. Photographies et d’artefacts jamais vus permettent de découvrir la réalité quotidienne de ces religieuses dont la vie ne se résumait pas à la prière, bien au contraire. « Peu de gens savent qu’en plus d’être religieuses, les soeurs étaient agricultrices, entrepreneuses, artistes, infirmières, mécaniciennes, cordonnières, plombières.  Une visite au Potager du Laboratoire vivant des PFM, chapeauté par l’Université Laval, ajoutera un volet sensoriel à l’exposition. Le plan du jardin est d’ailleurs inspiré des plans originaux des jardins du couvent. « Les visiteurs pourront donc déambuler parmi les fleurs, les fines herbes, les fruits et les légumes, tout en profitant de l’occasion pour en apprendre davantage sur les propriétés des plantes cultivées, dont les sœurs faisaient une utilisation culinaire aussi bien que médicinale », ajoute la conservatrice.

    photo exposition