Les Fondatrices ont fondé cette communauté dans le désir de se dévouer «au soin et au soulagement de toutes les misères humaines». (Constitutions n°1)

Présentation du travail social dans le quartier d’Anosibe, avec la possibilité d’aider à Madagascar dans l’enseignement, les dispensaires et divers engagements auprès des populations locales (témoignage de sœur Gisèle Veilleux) :

Picture1

Témoignage de sœur Rena Mae Gagnon

Une fraternité des Petites Franciscaines de Marie aux États-Unis toujours en tenue de service

Sœur Rena Mea Gagnon, de Worcester, partage avec vous les humbles gestes de la vie courante où chacune continue de se faire proche de son prochain comme interpelle l’encyclique du pape Fratelli Tutti par la figure du Bon samaritain.

« À notre arrivée dans cette paroisse, en 2015, sœur Hilda Chasse et moi-même avons créé des liens avec une famille de la République Centrale d’Afrique qui parlait français et qui demeurait dans le Cameroun avant d’immigrer à Worcester, USA. Les parents ont 7 enfants. Le dernier est un enfant aux besoins spéciaux (hydrocéphalie).

Peu de temps après leur arrivée ce petit dernier a subi une opération et un suivi qui a nécessité plusieurs visites à l’hôpital. La famille n’a pas de voiture : j’ai conduit les parents à leurs rendez-vous médicaux et dentaires pour la famille. Sœur Hilda conduisait la mère à la buanderie du coin, et nous aidions à payer cette dépense. J’agis aussi comme interprète et comme agent de liaison avec l’école. Les parents travaillent de nuit et sont difficiles à rejoindre durant la journée.

Lorsqu’il est possible, nous essayons d’amener une des filles âgée de 12 ans, à notre appartement pour différents projets. Elle aime cuisiner : c’est toujours une grande joie pour elle d’apporter le résultat chez elle pour partager avec sa famille. Avec les conseils de sœur Hilda, elle a fait récemment un tablier pour la fête de sa mère. Je lui ai enseigné durant l’année comment crocheter, et elle s’est fait un foulard pour elle-même. »

Vous pouvez découvrir ici l’article intégral dans la revue Écho de la famille franciscaine du 26 mai 2021

Insertion sociale à Madagascar

A Madagascar, les sœurs accompagnent la population dans l’apprentissage d’activités manuelles qui leurs procurent l’autonomie et qui peuvent déboucher sur un métier

Madagascar

Sœur Marie Antoinette enseigne aux adultes : cours d’alphabétisation

Madagascar

Sœur Marie Antoinette en activité avec les pauvres

Madagascar

Sœur Marie Antoinette a toujours cette joie d’accueillir les pauvres dans la cour de notre maison

fin d'année 2011

Cours ménager : Sœur Raymonde Lavoie et la promotion féminine

Classe de couture

Classe de couture

S. M.-Paulette enseigne le tricot

Soeur Marie-Paulette enseigne le tricôt